“Les milles et une nuitées”

Pourquoi donner ce nom à notre histoire ? Parce qu’en faisant le calcul du nombre de nuitées par enfants, par séjours, multiplié par 23, en retirant 76 et en faisant la racine carrée multiplié par 4, nous arrivons pile à 1091,2 nuitées. Si on arrondit légèrement le chiffre, nous sommes quasiment à 1001 nuitées, ici au palais de la colonie de Ravoire.

Maintenant que vous savez cela, voici le début de notre aventure:

“Il était une fois” …toutes les plus grandes histoires commencent par cette phrase. Et c’est bien parce que nous allons vivre une grande histoire, que nous commencerons ainsi notre récit.

Donc, … il était une fois, un palais oriental, couvert d’or et d’émeraudes (rien que ça). Chaque année, ce lieu emblématique accueille des enfants pendant la période chaude. Lieu de repos et de détente, il permet à chacun de se délaisser des soucis quotidien et de s’amuser durant toute la durée du séjour.

Cette année, ce haut-lieu renommé allait comme à son habitude amener son lot de bonheur et d’aventures.

Après le souper, les enfants furent conviés au spectacle d’accueil, dans la grande salle des fêtes.

À tour de rôle, les habitants du palais contèrent l’histoire d’Abu et le génial génie.

Mais, ce que ne savait ni les enfants, ni les habitants, c’est que lors du dernier acte, un phénomène étrange se passa. Pour clôturer la scène, le dernier personnage frotte une lampe magique, et le noir devait se faire, marquant la fin du spectacle. Mais à la surprise générale, lorsque les lumières se fermèrent, un génie holographique sortit de la lampe.

Au secours, au secours, sauvez-moi de là ! Une sorcière m’a enfermée ici dedans ! J’ai entendu à travers la lampe qu’il fallait un parchemin ou peut être une clé pour me sortir de cet endroit insalubre ! Aidez-moi s’il vous plait !”

On dirait bien que le palais nous réserve encore bien des surprises pour cette année. Mais il est déjà l’heure pour tout les résidents du domaine de monter se coucher.

Demain, nous attaquerons le début de notre quête pour libérer notre nouvel ami, le génial génie.

Partager →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *